Vous êtes ici : Accueil > Centre de Documentation et d’Information (CDI) > Archives > C’est où les histoires drôles ?
Publié : 13 avril 2011

C’est où les histoires drôles ?

"Par ordre alphabétique d’auteur les fictions tu rangera". Voilà bien un commandement immuable de la formation dispensée aux documentalistes et bibliothécaires de tous poils.
Mais le jeune lecteur, lui, se moque bien de cela. Ce qu’il veut, c’est un livre qui "fait rire", ou qui raconte "une histoire qui fait peur", ou encore un roman qui "raconte des problèmes".

Au-delà des commandements quasi religieux, un des soucis de la documentaliste est de voir des livres ne jamais trouver leurs lecteurs et des lecteurs ne jamais trouver le livre qu’ils ont envie de lire, peut-être même LE livre qui va changer leur vie (si, si, derrière chaque documentaliste il y a une utopiste qui sommeille).

Alors je mets en œuvre une idée qui me trotte depuis longtemps en tête : le classement thématique des fictions. Pour l’instant il ne s’agira que des nouveautés, histoire de roder et d’adapter le système. Mais la petite révolution est en marche.

Et pour aller jusqu’au bout de l’idée, qui est de favoriser au maximum la rencontre du livre et du lecteur, les livres seront présentés comme les bandes dessinées et les albums : couvertures visibles. Parce qu’on se laisse plus facilement tenter par l’illustration commerciale que par la tranche à peine visible, la tête penchée devant les rayons.
C’est la SEGPA, sous la houlette de Monsieur Foutieau, qui réalisera les bacs qui viendront avantageusement remplacer le contenant provisoire.

Les thèmes retenus sont les suivants :

Cœur
Animaux
Aventures
Histoire
Autres mondes
Humour
Monde
Dur à vivre
Histoires courtes
Loisirs
Policiers

Chaque thème est représenté par un logo.

Parallèlement, certains documentaires sont également sortis des rayons classés par sujets et rejoignent un bac intitulé "livres jeux". Il s’agit en fait des livres peu documentaires mais proposant une activités, ou une lecture loisir. Trop peu exploités parce que dispersés et perdus au milieu des documentaires "sérieux", ils trouvent là leur public.

N’hésitez pas à venir voir sur place le nouveau classement et bonne lecture !

Post-scriptum

Une étude qui m’a inspiré et aidé : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2008-06-0076-002